Avant les ratés de la campagne, Adrexo était déjà dénoncé par ses salariés

Par

Le spécialiste de la distribution de prospectus est entré dans la lumière en raison de sa gestion désastreuse du matériel de « propagande électorale ». Les conditions de travail y sont dénoncées depuis longtemps et les condamnations s’enchaînent.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le récit est malheureusement banal pour qui connaît les conditions d’emploi des intérimaires dans certaines entreprises françaises. Mais le contexte et le nom de l’employeur final le sont bien moins. Dans le cadre d’un petit boulot tout récent, Sophia* (son prénom a été modifié) s’est plaint auprès de Mediapart d’avoir été payée bien moins d’heures que celles qu’elle a réellement effectuées, pour cause de badgeuse régulièrement déficiente et de non-prise en compte de certaines opérations de préparation, nécessaires pour effectuer son travail.