Face à Macron, les syndicats ont perdu confiance

Par et

La méthode du gouvernement, consulter les partenaires sociaux en même temps qu'il élabore la réforme du code du travail, se fissure. Après avoir été plutôt bienveillantes, à l'exception de la CGT, les syndicats font preuve d'amertume, voire de colère, face à la volonté de dérégulation qui s'affirme.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Comme un changement de tonalité. Ce vendredi 21 juillet, le gouvernement a achevé les réunions de concertation avec les syndicats sur sa réforme en cours du droit du travail. Toutes les organisations représentatives ont rencontré six fois les membres du cabinet de la ministre du travail Muriel Pénicaud (sauf la CFE-CGC, dont le dernier rendez-vous a été décalé à mercredi prochain). Et le bilan que tirent les représentants des salariés de ce cycle de « concertation intense », comme l’avait désigné la ministre en le lançant il y a un mois et demi, est pour le moins mitigé.