Arkéa: la défaite en rase campagne de Jean-Pierre Denis face au Crédit mutuel

Par

Le président de la banque Arkéa refuse d’annoncer publiquement l’échec de son projet d’indépendance vis-à-vis du Crédit mutuel, mais il rend les armes. Devant des cadres dirigeants, il a annoncé qu’il va « prendre du recul » et « réduire très sensiblement » sa « présence » et son « interaction avec l’entreprise ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Pendant plus de deux ans, cela a fait les gros titres de la presse bretonne, de Ouest-France aussi bien que du Télégramme : emmenée par son président Jean-Pierre Denis, la banque régionale Arkéa va faire sécession d’avec Crédit mutuel. Multipliant les communiqués guerriers, défiant aussi bien la Banque de France que la Banque centrale européenne, allant même jusqu’à organiser une manifestation tous frais payés à Paris à laquelle les salariés ont été vivement priés de participer, le patron de l’établissement s’est taillé une fière notoriété, en suggérant qu’il était devenu le champion de la cause bretonne et que le grand combat régionaliste commençait par une banque indépendante.