A Amiens, l'espoir d'une reprise pour Whirlpool

Par

Au cœur de l'été, un entrepreneur local a annoncé qu'il avait trouvé un accord avec Whirlpool pour reprendre l'usine de sèche-linge qui fermera en juin prochain. Les 290 salariés et les centaines d'intérimaires et de sous-traitants concernés n'en savent pas beaucoup plus, mais espèrent.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La bonne nouvelle a fait beaucoup moins de bruit que la terrible annonce qui l’avait précédée six mois plus tôt. Le 13 juillet, un double communiqué a sobrement annoncé que les salariés de l’usine Whirlpool d’Amiens (Somme) allaient sans doute être tirés d’affaire. Fin janvier, les 290 salariés, auxquels il faut ajouter environ 400 intérimaires et sous-traitants, avaient appris que le groupe international d’électroménager qui les fait vivre allait fermer sa dernière usine française le 1er juin 2018, pour délocaliser sa production de sèche-linge à Lodz en Pologne. L’usine ne perd pas d’argent, mais la main-d’œuvre est moins chère à Lodz… Un coup dur pour une région déjà très touchée par la désindustrialisation (lire le reportage de Mediapart). Après des mois de relative indifférence médiatique et politique, l’usine était devenue le symbole de l’entre-deux-tours de la présidentielle, lorsque Marine Le Pen et Emmanuel Macron s’étaient rendus sur place le même jour.