Il a alerté sur le génocide des Tutsis et a été sanctionné: le colonel Galinié témoigne

Par Jean-François Dupaquier et Théo Englebert

Attaché de défense au Rwanda de 1988 à 1991, le colonel français René Galinié avait averti Paris du risque d’extermination des Tutsis. Sa hiérarchie l’a sanctionné en brisant sa carrière. Son rôle a été salué par le rapport Duclert remis récemment au président de la République.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’Élysée a rendu public la semaine dernière le rapport de la commission de recherche sur les archives françaises relatives au Rwanda et au génocide des Tutsis (1990-1994), présidée par l’historien Vincent Duclert. Pointant les « responsabilités lourdes et accablantes » de Paris et « l’aveuglement » de l’État français face au génocide de 1994, la commission salue toutefois le rôle de plusieurs lanceurs d’alerte qui ont été ignorés et parfois même sanctionnés pour leur refus de se soumettre à la politique élyséenne. Le harcèlement du colonel René Galinié apparaît au fil du rapport comme emblématique de ces dérives, qui sont directement le fait de l’ex-président François Mitterrand et de ses courtisans.