A Paris, le défilé du 1er Mai a été saccagé

Les rangs parisiens étaient nourris, divisés, et finalement éclatés, après les spectaculaires violences des Black Blocs.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La préfecture de police de Paris avait prévenu dans un communiqué la veille. « Des militants de groupes contestataires issus de mouvances extrémistes entendent, à l’occasion de la manifestation traditionnelle du 1er mai, s’en prendre violemment aux forces de l’ordre ainsi qu’aux symboles du capitalisme. » Le préfet annonçait donc « un dispositif de grande ampleur » pour contrecarrer ces « autonomes » ou « Black Blocs ». Le dispositif prévu n’aura, de fait, pas suffi. À Paris, la manifestation du 1er Mai a eu du mal à avoir lieu, empêchée par les heurts entre les forces de l’ordre et le « cortège de tête ».