France

Cette semaine dans «A l’air libre»

Cette semaine, dans « À l’air libre », des enquêtes, des reportages, des interviews… et, surtout, un ton que vous n’entendrez pas ailleurs.

à l’air libre

2 avril 2021 à 17h47

Cet article est en accès libre.

Pour soutenir Mediapart je m’abonne

PDF

Le temps n’apaise pas toujours tout. La preuve cette semaine dans « À l’air libre ». Les preuves plutôt. Emmanuel Macron a-t-il parlé et pris des décisions trop tard face à la flambée de l’épidémie ? Assurément, selon Sophie Crozier, neurologue et coordinatrice de la démarche éthique à l’AP-HP. Jeudi, elle expliquait comment le tri des malades avait déjà lieu dans un milieu hospitalier exsangue. 

La gauche est-elle enfin prête à regarder en face le rôle de la Mitterrandie dans le génocide des Tutsis au Rwanda ? Rien n’est moins sûr, comme l’a souligné l’eurodéputé Place publique Raphaël Glucksmann mardi. 

Une ministre acceptera-t-elle de venir, plus de 16 ans après les faits, témoigner dans le procès du sinistre bombardement de Bouaké en Côte d’Ivoire ? Rien n’est moins sûr, ont déploré deux enfants d’un militaire tué ce jour-là, espérant que le tribunal, qui juge seulement maintenant les faits, contraindra Michèle Alliot-Marie à se rendre à sa convocation.

Des gendarmes devront-ils un jour rendre des comptes sur le suicide, en 2011, de la gendarme Myriam Sakhri ? Possible mais pas encore certain, alors que la justice a rouvert l’information judiciaire, selon de nouveaux éléments révélés par notre enquête vidéo.

Et le temps qu’il reste jusqu’à la présidentielle, dans un an maintenant, sera-t-il mis à profit pour un sursaut de la société ? C’est ce qu’on peut espérer après notre émission exceptionnelle et en direct de mercredi, la première d’une série consacrée à l’élection centrale – qu’on le regrette ou qu’on s’en accommode – de la vie politique française.

La colère des soignants, la présidentielle, Raphaël Glucksmann © Mediapart

à l’air libre


Aujourd’hui sur Mediapart

Voir la Une du Journal

Soutenez un journal 100% indépendant Et informez-vous en toute confiance grâce à une rédaction libre de toutes pressions Mediapart est un quotidien d’information indépendant lancé en 2008, lu par plus de 200 000 abonnés. Il s’est imposé par ses scoops, investigations, reportages et analyses de l’actualité qui ont un impact, aident à penser et à agir.
Pour garantir la liberté de notre rédaction, sans compromis ni renoncement, nous avons fait le choix d’une indépendance radicale. Mediapart ne reçoit aucune aide ni de puissance publique, ni de mécène privé, et ne vit que du soutien de ses lecteurs.
Pour nous soutenir, abonnez-vous à partir de 1€.

Je m’abonne