Dans le Haut-Maroni, l’électricité remplace enfin la lampe frontale

Par

Quatre ans après l’arrivée de la téléphonie mobile française, les 250 familles wayana, teko et apalaï du Grand Ouest guyanais accèdent peu à peu à l’électricité. Une opération d’envergure d’électrification des sites isolés s’achève, après des années de retard.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Pilima (Guyane), envoyée spéciale.– Il est 11 heures à Pilima, village de cinquante habitants, le plus méridional du Haut-Maroni qui tire son nom de sa famille fondatrice. En contrebas, le fleuve, pourtant parcouru par le fort courant de la saison des pluies, est une masse brunâtre et silencieuse qui se transformera quelques centaines de mètres en aval en une succession de rapides.