Au procès des attentats de 2015: «Nous attendons le mot “antisémitisme”, qu’il entre dans votre verdict»

Par

Les parties civiles au procès des attentats de janvier 2015 ont terminé jeudi et vendredi leurs plaidoiries en demandant à la cour qu’elle prenne en compte l’antisémitisme comme facteur aggravant. Pour Charlie Hebdo, Me Richard Malka a défendu le droit à la caricature.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

«Où, quand, comment, qui, pourquoi ? » Au procès des attentats de janvier 2015, l’heure de répondre aux questions approche, rappelle Me Laurence Cechman, avocate des parties civiles, qui donnaient jeudi et vendredi leurs ultimes plaidoiries. Si certains accusés s’étaient déclarés prêts à répondre aux questions, « l’omerta » s’est finalement imposée dans le box.