Surveillance des journalistes: des élus demandent une enquête

Après les révélations du Canard enchaîné et de Mediapart sur l'espionnage d'Etat dont seraient victimes de nombreux journalistes, élus de gauche, du MoDem et même de l'UMP manifestent leur inquiétude et demandent au pouvoir et à ses services de s'expliquer. Sans croire vraiment qu'ils obtiendront de réels éclaircissements.
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Face au scandale, l'impuissance? Après les révélations du Canard enchaîné et de Mediapart sur l'espionnage d'Etat de journalistes directement supervisé depuis l'Elysée (lire l'article d'Edwy Plenel), la classe politique s'interroge, mais demeure consciente de sa faible influence pour contrôler le pouvoir présidentiel et ses dérives.

Jeudi soir, le parti socialiste a demandé, par l'entremise de son secrétaire national aux médias, Patrick Bloche, «la création d'une commission d'enquête parlementaire sur les éventuelles surveillances confiées à la DCRI et visant des journalistes, et sur le respect de la protection de leurs sources». A Mediapart, il confirme qu'«il ne s'agit pas d'un effet d'annonce» et qu'il va s'«atteler à la rédaction du texte, afin d'en finir avec ces entraves au travail d'investigation, qui est à la base de la liberté d'informer et de la liberté d'expression», tout en rappelant qu'«entre 2002 et 2010, la France est passée de la onzième à la quarante-quatrième place au classement de Reporters sans frontières sur la liberté de la presse».

Ne se satisfaisant pas de l'audition à huis clos du directeur général de la police nationale, Frédéric Péchenard, et du directeur de la DCRI (Direction centrale du renseignement intérieur), Bernard Squarcini, par la délégation parlementaire au renseignement, l'opposition hausse le ton, sans trop y croire.

Pour la députée socialiste Aurélie Filippetti, les récentes révélations «confirment toutes nos craintes. L’Elysée se fout de la liberté de la presse et de la protection des sources des journalistes, et confond son intérêt politique propre, son désir de protéger certains des siens avec l’intérêt général. Or, en démocratie, c’est grave. Surtout dans une période où on devrait être concentré sur le terrorisme». Mais même si elle se dit «pour une commission d’enquête parlementaire», précisant que «par principe il faut la demander», elle ne cache pas être «sceptique sur les résultats à en attendre. On va nous opposer le secret défense, c’était déjà le cas dans l’affaire Bettencourt! En cas de commission, on apprendra ce qu’on savait déjà, cela va confirmer nos doutes mais cela ne va pas les empêcher de continuer. La seule solution est politique, il faut changer ce pouvoir qui a perdu la tête et réfléchir sur les délires de l’hyper-présidence».

Même son de cloche chez Roland Muzeau, porte-parole des communistes à l'Assemblée, qui estime que «si ces informations se révèlent exactes, cela serait non seulement lamentable mais extrêmement grave! Et malheureusement, tout laisse à penser que c’est exact. C’est ce qui nous a conduits à interpeller mardi la présidence de l’Assemblée, pour que la commission des lois auditionne les personnes citées dans les articles. Il est peut-être aussi possible de demander une commission d’enquête, mais ce n’est pas simple à mettre en œuvre dans les faits, le cadre est limité. La boîte à outils parlementaire est assez vide! Il nous semble en tout cas qu’il faut pousser l’audition des personnes responsables…».

Quant au député écologiste Noël Mamère, il ne décolère pas contre «cette République de barbouzes et de plombiers qui n'aiment pas l'indépendance de la presse. On se focalise sur les journalistes, mais on assiste à une surveillance généralisée de l'espace public et de tout ce qui remet en cause l'ordre qui devrait être respecté. Cette surveillance est d'ailleurs concentrée autour de personnes n'ayant aucune légitimité démocratique et ayant des formations de policier, comme Claude Guéant. Quand on voit les nominations de préfets en Seine-Saint-Denis ou en Isère, on est chaque jour un peu plus dans un Etat policier».

Pour l'ancien journaliste aussi, le contrôle parlementaire semble voué à l'échec: «La moindre des choses serait une commission d'enquête. Même si nous savons bien le destin qui lui sera réservé, et ce même si nous usions de notre droit de tirage, car on voit bien que celles qui ont jusqu'ici été mises en œuvre ne sont jamais allées bien loin.» Selon lui, «depuis l'adoption de la réforme constitutionnelle, qui montre bien son imposture, nous ne sommes plus dans un système parlementaire, l'Assemblée ne contrôle plus rien, ni dans un vrai système présidentiel, qui repose sur des contre-pouvoirs forts. Nous sommes dans un régime complètement verrouillé, et les commissions d'enquêtes n'auront de chance d'aboutir que le jour où les députés auront le courage de cesser d'être complices des dérives du pouvoir».

D'après nos informations, les députés socialistes s'interrogent encore et se positionneront lors de leur réunion de groupe, mardi prochain. Soit ils usent de leur droit de tirage permettant d'obtenir de droit une commission d'enquête parlementaire, mais dont les objectifs peuvent tout de même être dénaturés en commission par l'UMP. C'est l'option d'une «résolution de combat», mais qui a peu de chances d'être votée. Soit le groupe PS fait le choix d'une proposition de résolution plus neutre, demandant une commission d'enquête pour évaluer l'application de la loi sur la protection des sources. Une option relevant davantage de «la main tendue que la droite serait obligée de saisir», confie-t-on dans l'entourage de Jean-Marc Ayrault.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale
Sauf mentions contraires, toutes les personnes citées dans cet article ont été jointes par téléphone, jeudi et vendredi. Eva Joly et Martine Aubry n'ont pas donné suite à nos demandes de réactions, tandis que Jean-Luc Mélenchon n'a pas souhaité s'exprimer sur le sujet. La députée villepiniste Marie-Anne Montchamp, en déplacement, n'a pu être jointe dans les délais de cet article.