En Corse, Macron se heurte à la question des prisonniers

Par

Au premier jour de sa visite dans l'île, Emmanuel Macron a profité de l’hommage rendu au préfet Érignac pour fermer d’emblée la porte à l’une des revendications des dirigeants nationalistes : l’amnistie des prisonniers. Un peu plus tard, il a été interpellé dans la rue par la femme d’Yvan Colonna, condamné à perpétuité pour l’assassinat du haut fonctionnaire.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ajaccio (Corse), envoyée spéciale.– Le visage sombre, les sourcils froncés, Gilles Simeoni fait face à Emmanuel Macron. Quelques mètres seulement séparent les deux hommes. Quelques mètres et bien d’autres choses encore. Ce mardi 6 février au matin, dans la petite rue Colonel-Colonna-d’Ornano, non loin du centre-ville d’Ajaccio, le ciel est aussi lourd que l’atmosphère. Une inscription a été gravée au sol, devant un olivier fraîchement planté : « Un homme, une place. » C’est ici, il y a exactement vingt ans, que le préfet de Corse Claude Érignac est tombé sous les balles d’un commando nationaliste, alors qu’il rejoignait sa femme au théâtre Kallisté, situé un peu plus haut dans la rue.