Le procès intenté par Denis Baupin se retourne contre lui

Par

Le procès en diffamation intenté par Denis Baupin aux femmes qui ont témoigné contre lui et aux journalistes de France Inter et de Mediapart, ouvert lundi, ne tourne pas à l'avantage de l'ancien député écologiste. Les premiers débats sont hallucinants.

Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Depuis lundi, jour de l'ouverture des débats, on ne peut s'empêcher de se demander pourquoi l'ex-député écologiste Denis Baupin a voulu ce procès en diffamation. Face aux magistrats de la XVIIe chambre correctionnelle de Paris, présidée par Thomas Rondeau, la salle d'audience est presque comble.

À gauche, un bloc compact de souffrance et de détermination : la douzaine de prévenus – six femmes se disant victimes de Denis Baupin, deux témoins, des journalistes de Mediapart et de France Inter –, leurs avocats et leurs soutiens. À droite, Denis Baupin brille par son absence. Il est représenté par l'avocat Emmanuel Pierrat et deux jeunes collaborateurs. Derrière eux, une dizaine de journalistes et le public, qui assistent à des débats hallucinants.

Denis Baupin, en 2012. © Reuters Denis Baupin, en 2012. © Reuters

Mardi après-midi et jusque tard dans la soirée, les dépositions poignantes se succèdent. Laurence Mermet, qui a longtemps milité et exercé des responsabilités de communicante dans la galaxie écologiste, explique à la barre pourquoi elle a fini par tout plaquer. « En mai 2016, j'écoute France Inter, et j'entends des femmes témoigner sur les agissements de Denis Baupin. Je deviens blême. Les choses remontent. J'entends parler des femmes que je ne connais pas, sauf une ; je suis stupéfaite, et en même temps je ne suis pas surprise. Je réfléchis, et je décide de contacter volontairement Mediapart. »

Laurence Mermet poursuit. « Jusque-là, mon histoire me semblait dérisoire. J'avais classé ça comme un geste déplacé. » Un jour, alors qu'elle travaillait à la mairie de Paris (après avoir été l'attachée de presse de Dominique Voynet au ministère de l'environnement), elle a eu la surprise de subir une caresse dans la nuque de la part de Denis Baupin. Geste « d'une grande douceur et d'une grande violence », car non consenti, explique-t-elle.

« La nuque est un lieu de mon corps extrêmement intime. Je me suis raidie, puis j'ai eu les jambes flageolantes. Denis Baupin était quelqu'un que j'admirais et que je respectais, il était mon supérieur hiérarchique. Je me suis dit : tu es pas dans la merde… Je n'étais pas à l'aise à mon poste à la mairie de Paris, et ça a participé à achever de me déstabiliser. J'ai fini par quitter ce monde-là au bout de quelques mois. C'était une énorme déception. J'ai quitté Paris et j'ai changé de vie. »

Sandrine Rousseau est maintenant à la barre. Cette universitaire a exercé d'importantes responsabilités politiques (porte-parole d'EELV et vice-présidente de conseil régional), avant de tout envoyer balader elle aussi. Lors d'une réunion de son parti, Denis Baupin l’a subitement plaquée contre un mur, lui a empoigné les seins et a essayé de l'embrasser, explique-t-elle. « Je l'ai repoussé, j'étais flageolante. J'animais une réunion ce jour-là, et rien ne m'avait préparée à ça », raconte Sandrine Rousseau. Elle a confié cette scène à plusieurs responsables de EELV, en vain. Quand un micro s'est tendu, elle a parlé à visage découvert.

« Ça a bouleversé ma vie. J'ai quitté la politique. Je l'ai vécu de façon très violente. Surtout qu'au congrès qui a suivi l'article de Mediapart et de France Inter, tous les postes régaliens du parti ont été confiés à des hommes », poursuit Sandrine Rousseau. Elle subit maintenant un feu nourri de questions hostiles de la part d'Emmanuel Pierrat. Il lui faut se justifier sur tout, expliquer pourquoi elle a poursuivi un temps des activités politiques aux côtés de son agresseur, pourquoi elle a répondu à ses SMS par des smileys, pourquoi elle n'a pas porté plainte.

« On est en 2011. À l’époque, les cadres du parti me renvoient l'idée que ça existe, et que d'en parler pourrait me nuire. Quel était l'intérêt de me mettre en danger avec une plainte ? Je n'avais aucune chance. Et je n'avais pas l'idée à l'époque que c'était une agression sexuelle. On met du temps à comprendre ce qui s'est passé, on ne met pas les bons mots dessus, même si j'ai toujours su que c'était inadmissible. »

En larmes, Sandrine Rousseau explique que cette affaire lui a fait quitter la politique et a aussi provoqué son divorce. « On ne touche pas impunément le corps des femmes sans qu'il y ait des conséquences. On est ramenée à l'état d'objet, ça laisse des traces, des cicatrices. Ce n'est pas des gestes anodins. Plusieurs femmes ont quitté la politique à cause de comportements comme celui-là. C'est un scandale. »

Au tour d’Elen Debost d'être interrogée. Entrée en politique chez les Verts notamment pour leur « obligation de féminisme », elle est aujourd'hui élue écologiste au Mans. Quand elle commence à s'impliquer dans la vie interne de son parti, elle connaît à peine Denis Baupin mais ils échangent dans le cadre des échéances à venir d'EELV.

De sympathiques, les messages deviennent vite insistants et de plus en plus gênants. Elen Debost a en effet envoyé par erreur un SMS à caractère privé à Denis Baupin. Excuses et explications n'y changent rien. Elle devient victime de harcèlement. « Il m'envoie des messages très embarrassants. Je lui répète que je ne suis pas intéressée, il est le compagnon d'Emmanuelle Cosse, mais les messages à caractère sexuel continuent. Je suis sidérée. J'ai déjà dit non dix fois, et il continue. Les hommes violents, je sais ce que c'est, les signaux d'alerte arrivent. Je parle des messages à deux personnes, qui me disent : “Il a recommencé”… À l'époque, personne ne me conseille de porter plainte. »

Une tribune de femmes dénonçant le sexisme en politique, puis une campagne médiatique contre les violences faites aux femmes décident Elen Debost à parler. « Quand j'ai vu la photo de Denis Baupin avec du rouge à lèvres, j'ai vomi. J'ai réfléchi, et j'ai fait un post [un billet – ndlr] Facebook. Les commentaires montrent que les gens savaient, dans le parti. Cyril Graziani, de France Inter, m'a contactée, et j'ai parlé. »

Avec le recul, Elen Debost est amère. « On était de petites figurines, avec le même profil psychologique un peu fragile. Notre silence a fait que des femmes ont subi ça pendant plus de quinze ans. L'enquête des deux journalistes de France Inter et Mediapart a été magistrale. Ils nous ont aidées à casser l'impunité de cet homme qui osait se présenter en défenseur des femmes. Il faut que cette omerta cesse. »

Après cette déposition, Me Pierrat lance des questions agressives à Elen Debost, lui jetant à la figure des SMS sortis de leur contexte, comme si elle avait participé à un jeu de séduction, alors qu'elle répète inlassablement qu'elle tentait de contenir les avances insistantes de Denis Baupin en jouant sur tous les registres. Malaise.

Isabelle Attard s'avance à la barre. Élue députée EELV en 2012, elle a, elle aussi, reçu des messages de Denis Baupin – dès son premier jour à l'Assemblée nationale. Messages qui se multiplient et prennent rapidement un caractère sexuel. Elle n'avait jamais été confrontée au harcèlement sexuel auparavant. « J'en parle à mon équipe, je suis mal à l'aise, c'est un collègue de travail sur lequel je veux compter, notamment sur les questions nucléaires. Du coup, je passe un temps fou à réfléchir à comment lui répondre, pour ne pas me brouiller avec quelqu'un que j'estime et continuer à avoir des relations de travail normales. J'essaye de rester polie en exprimant mon non-consentement. Je deviens de plus en plus gênée. Je mets en place des méthodes pour ne jamais me retrouver seule avec lui. »

Isabelle Attard apprend qu'elle n'est pas la seule. D'autres députées, et de jeunes collaboratrices ayant un lien de subordination, reçoivent des SMS identiques de Denis Baupin, devenu entretemps vice-président de l'Assemblée nationale. Certaines s'enferment à clé dans leur bureau. Isabelle Attard évoque cela lors d'un déjeuner avec Edwy Plenel, directeur de la publication de Mediapart. Notre collègue Lénaïg Bredoux commence son enquête, et recueille quantité de témoignages sur les agissements de Denis Baupin.

Isabelle Attard se tient bien droite face au tribunal, et lance ceci : « Je voudrais remercier Denis Baupin. Ce procès nous permet de dire ici tout ce que nous avons vécu. On a pu parler publiquement, et on va pouvoir passer à une autre étape de notre vie. J'espère aussi que ça éclairera certains hommes sur ce qu'est le consentement. »

L'avocat du plaignant tente encore de la déstabiliser, en lisant des SMS qui ne montreraient aucun harcèlement. Isabelle Attard tient bon. Un incident d'audience éclate lorsqu’il apparaît qu’Emmanuel Pierrat fait du “live tweet” (microblogging en direct) pendant les débats, et rend publics des SMS envoyés par certaines des prévenues à Denis Baupin. Le président et la procureure sont stupéfaits, les avocats de la défense scandalisés. Il est tard, et le tribunal interroge encore Annie Lahmer, Geneviève Zdrojewski, Frédric Toutain et Jean-Claude Biau.

Lundi, les journalistes prévenus ont expliqué comment ils avaient travaillé sur l'affaire Baupin. Lénaïg Bredoux a raconté ses enquêtes sur le sexisme en politique, avant Weinstein et #MeToo, et celle sur l'élu écologiste, d'abord menée en solo puis avec Cyril Graziani, de France Inter. Celui-ci avait notamment appris que Denis Baupin n'était pas devenu ministre « à cause de ses casseroles ». Edwy Plenel a rappelé pour sa part que « la presse est là pour révéler les affaires cachées ». Éreintants, les débats doivent s'achever vendredi soir.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale