«J’ai l’impression de vivre 24h/24 avec le Covid»

Par

Alors que la pression s’intensifie sur les services de réanimation, Mediapart dresse le portrait de travailleurs de première ligne, parfois invisibles, à l’hôpital Saint-Louis, à Paris. Aujourd’hui, Virginie Martin, aide-soignante.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

«Je suis aide-soignante, ce qui veut dire que je travaille avant tout en collaboration avec l’infirmière, et sous sa responsabilité. Nous assurons tout ce qui est soins d’hygiène et de confort du patient, tels que la toilette, les repas, la réfection des lits, l’accueil, l’installation ou le transfert des patients… J’ai toujours adoré le contact avec les gens et j’avais vraiment envie d’aider les personnes en difficulté. Dans ma famille, ma mère est nourrice, j’ai une tante auxiliaire de vie, une cousine infirmière. Je travaille 12 heures de suite, en alternance nuit et jour, pour un salaire de 1 815 euros en comptant l’augmentation récente de 183 euros, après 18 ans passés à l’AP-HP [Assistance publique-Hôpitaux de Paris – ndlr]