Cahuzac: «Où sont les preuves?», demandent les rocardiens

Jérôme Cahuzac a expliqué que l’argent qu’il touchait des laboratoires pharmaceutiques au début des années 1990 devait constituer une caisse noire destinée à financer l'avenir de Michel Rocard après son départ de Matignon en 1991. Les proches de l’ancien ministre, entre gêne et dénégations, expliquent ne pas être au courant.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Vite, éteindre l’incendie. Ou au moins l’étouffer. Au premier jour de son procès, Jérôme Cahuzac a mis le feu à la maison socialiste en mouillant des copains du PS, sans les nommer. L’ancien ministre du budget a en effet expliqué que l’argent versé par les laboratoires pharmaceutiques et placé sur un compte en Suisse devait servir à financer la carrière politique de Michel Rocard (lire notre article ici). Interrogés par Mediapart, les proches de l’ancien premier ministre, mort le 2 juillet 2016, expliquent ne pas être au courant. Et font tout pour décrédibiliser cette thèse.