Mémoires coloniales, esclavage : des gauches peu disertes

Cinq des douze candidats se sont engagés de manière plus ou moins claire pour un musée national sur la traite négrière et la colonisation en métropole. Mais à gauche, les programmes sont très succincts sur les enjeux mémoriels.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Le meurtre de George Floyd provoquait en mai 2020 une secousse internationale. Les mobilisations « Black Lives Matter » se mêlaient à des mouvements iconoclastes pour en finir avec les statues liées à la traite négrière ou au passé colonial dans l’espace public. Ces activistes, souvent jeunes, cherchaient à rendre plus visibles des pans de l’histoire longtemps délaissés, par exemple, dans le cas français, le passé négrier des grands ports.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal