Il était une des chevilles ouvrières de la campagne. Chargé du projet dans l’équipe de Benoît Hamon, le député européen Guillaume Balas fait partie des plus proches du candidat à la présidentielle, défait avec seulement 6,36 % des voix. Deux semaines après le premier tour, il analyse les raisons du succès d’Emmanuel Macron, porté par « les classes dirigeantes […] pour que rien ne change ». Il revient aussi sur les raisons de la défaite cinglante du PS : au-delà de la crise de la social-démocratie et du poids du quinquennat Hollande, il juge que l’équipe « n’était pas au niveau ».