Face à l’éloignement de Cayenne et Paris, le besoin d’un échelon communal

Par

Fatigués de n’être jamais entendus par la classe dirigeante, les Wayana, Teko et Apalaï du Haut-Maroni veulent peser sur les choix politiques et l’aménagement du territoire. Ils réclament aussi la création d’une commune propre.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Haut-Maroni (Guyane), envoyée spéciale.– Depuis les années 1980, des militants et habitants du Haut-Maroni demandent la création d'une commune pour leurs villages, car ils ne se reconnaissent pas et ne se sentent pas entendus par le bourg de Maripasoula auquel ils sont rattachés. Cet enjeu identitaire et politique découle à la fois d'un sentiment permanent de parole volée et du morcellement territorial de l'intérieur de la Guyane.