A Toulouse, Nuit debout dans un mouvement éclaté

Par

Après la manifestation, la place du Capitole a enchaîné sa cinquième « Nuit debout ». Plusieurs centaines de personnes s'y trouvaient encore à minuit, pour une projection de Merci Patron !. Le mouvement peine cependant à s'élargir aux autres composantes du mouvement toulousain.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

À côté d'un panneau donnant les diverses coordonnées numériques du mouvement, s'étire une table hérissée de Thermos et de gobelets, achalandée par des dons financiers, potagers et céréaliers. Un énorme point d'interrogation a été accroché au sommet du chapiteau qui couvre ce coin cuisine. Les réponses venues hier de l'agora publique qui, dès 15 heures, a commencé à s'installer sur un quart de la place du Capitole, devant le théâtre qui jouxte la mairie, sont à l'image de la « Nuit debout » toulousaine : généreuses, mais un peu confuses et d'intensité politique très variable.