Pédocriminalité: le président de la Fédération française d’équitation avait bien été informé

Par Quentin Müller, Margaux Solinas

Accusé d’avoir fermé les yeux sur une affaire de pédocriminalité dans son club et à la Fédération française d’équitation, le président Serge Lecomte s’est défendu en prétendant n’avoir rien su. De nouveaux éléments que nous nous sommes procurés démolissent cet axe de défense.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

À la suite de notre publication qui l’accusait notamment d’avoir fermé les yeux sur une affaire de pédocriminalité, le président de la Fédération française d’équitation, Serge Lecomte, s’est défendu dans les colonnes de L’Équipe. Dans cette interview datée du 1er juin, il assure n’avoir pas eu connaissance, en sa qualité de président du Poney Club de Suresnes, puis de président de la Fédération française d’équitation, des antécédents judiciaires de Loïc Caudal condamné le 16 septembre 2013 pour atteinte sexuelle sur une mineure, puis le 20 novembre 2017, pour agression sexuelle sur trois mineures.