Violences policières sur mineurs à Paris: les familles demandent d’autres poursuites

Par

Malgré le renvoi en correctionnelle de quatre policiers, les conclusions du parquet et de l’IGPN ne satisfont pas les familles et les avocats des 18 adolescents qui avaient porté plainte après une longue série de violences policières commises dans le XIIe arrondissement.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le 29 mai dernier, le parquet de Paris avisait par courrier les avocats de 18 jeunes ayant porté plainte en décembre 2015 contre un groupe de policiers parisiens (lire nos enquêtes ici, et encore ) que quatre de ces fonctionnaires étaient renvoyés en correctionnelle pour des faits de « violences volontaires par personne dépositaire de l’autorité publique », pour les uns, et de « violences volontaires par personne dépositaire de l’autorité publique avec arme », pour les autres.