Derrière l’affaire Benalla, la légitimation des violences policières

Plusieurs hauts fonctionnaires jugent « légitimes » les violences commises le 1er mai dernier par l’ex-collaborateur d’Emmanuel Macron et justifient ainsi l’absence de procédure à son encontre. À leurs yeux, le seul problème, c’est qu’il n’était ni policier ni gendarme.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Un policier qui frappe un homme, d’abord au niveau de la nuque, puis lui donne un coup de pied dans le ventre alors qu’il est à terre : il s’agit là de violences policières, passibles de poursuites. Certes, ce policier n’en est pas un. Mais avant que le Monde ne révèle le 18 juillet, son identité, Alexandre Benalla était considéré comme un fonctionnaire de police, agissant en toute légalité. Pourtant, aucune poursuite n’a été engagée contre lui. Les raisons ? L’usage disproportionné de la violence est désormais légitimé. C’est ce qui ressort des auditions des différents représentants des forces de l’ordre devant le Sénat et l’Assemblée nationale.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

À ne pas manquer

Éducation — Enquête
L’univers sexiste, homophobe et autoritaire de Stanislas, le « meilleur » lycée de France
De nombreux témoignages et des documents obtenus par Mediapart montrent ce qui est proposé par ce prestigieux établissement catholique. Une quinzaine d'anciens élèves racontent les « humiliations » et les « souffrances » vécues. 
par David Perrotin et Lorraine Poupon
Société — Enquête
Maltraitances en crèche : un tabou français
La mort d’un bébé survenue la semaine dernière à Lyon a provoqué la stupéfaction. Mais depuis de longs mois, les conditions d’accueil en crèche se dégradent. Et des professionnels, des experts ou représentants du secteur tirent la sonnette d’alarme. Témoignages.
par Laëtitia Delhon
Sports — Enquête
Le généreux ami ukrainien de Michel Platini
L’ancien président de l’UEFA a reçu de luxueux cadeaux offerts par l’oligarque ukrainien Grigori Surkis, aujourd’hui mêlé à une affaire de « détournement de fonds » présumé en lien avec les fédérations ukrainienne et européenne de football.
par Yann Philippin
Discriminations
Des témoins confirment l’humiliation infligée à une lycéenne voilée avant le bac
Jeudi 16 juin, une élève venue passer une épreuve du bac français dans un lycée parisien dit avoir été « agressée » par une responsable éducative qui n’aurait pas apprécié qu’elle vienne voilée et lui a fait rater le début de l’épreuve. Des témoins confirment la violence de la scène.
par Nejma Brahim

Nos émissions