Du Stade de France au Bataclan, la nuit la plus longue

Au moins quatre-vingts victimes au Bataclan, des terrasses de restaurant mitraillées, des explosions meurtrières aux abords du Stade de France… La série d'attentats qui a frappé le centre de la capitale et Saint-Denis a fait plus de cent vingt victimes, bilan non définitif. Un choc collectif, partagé en direct sur les réseaux sociaux. La France est placée en état d'urgence, et ses frontières fermées. Récit.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ce devait être un soir de paix. Un soir de braillements pour de faux, sous les assauts des guitares canailles et sexy des Eagles of death metal, dans la salle pleine comme un œuf du Bataclan, dans le XIe arrondissement de Paris. Un soir d’affrontement sportif bon enfant, le ballon de foot filant dans les filets sous les acclamations du public français et les huées des supporteurs allemands, au Stade de France (à Saint-Denis), devant François Hollande. Mais c’est l’horreur qui s’est invitée en cette soirée du vendredi 13 novembre. Des hommes ont ouvert le feu au Bataclan pendant de très longues minutes, massacrant au moins 80 personnes. Des attaques ont eu lieu dans cinq autres lieux parisiens. Et trois kamikazes se sont fait sauter au Stade de France. Les autorités dénombrent au moins 120 morts, ce qui fait de ces actions simultanées les plus graves attentats jamais survenus en France depuis la Deuxième Guerre mondiale.