Et le procès de Georges Tron fit naufrage

Le procès de l’ex-ministre Georges Tron, accusé de viols en réunion, a finalement été renvoyé à une date ultérieure au bout de quatre journées d’audience torpillées méthodiquement par les avocats de l’ancien ministre. Le prochain procès pourrait se tenir dans un an. Un scandale à causes multiples.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Dans la France de 2017, il est donc possible que le procès d’un ancien ministre, actuellement maire et conseiller départemental, accusé de viols en réunion et agressions sexuelles en réunion et risquant 20 ans de réclusion criminelle, n’arrive pas à se dérouler normalement et soit reporté sine die. Ce vendredi 15 décembre au soir, à la cour d’assises de Seine-Saint-Denis, les deux plaignantes sont en larmes. Pour mémoire, elles ont déposé plainte en 2011 et attendaient ce procès avec des espoirs exprimés de façon poignante. Après quatre journées d’audience émaillées d’incidents, et une journée de vendredi entièrement perdue, le président de la cour d’assises, Régis de Jorna, le teint livide, annonce finalement que le procès est renvoyé « à une date ultérieure », le planning ne permettant plus de procéder à toutes les auditions prévues.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal