Notre-Dame-des-Landes: l’exécutif tranche, les critiques pleuvent

Édouard Philippe a annoncé mercredi l’abandon du projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes et l’évacuation de la ZAD au printemps prochain. L’exécutif peut s’enorgueillir de trancher une question à laquelle se sont heurtés tous les gouvernements. Déjà, les pro-aéroport dénoncent un « déni de démocratie ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est décidé. Après des années de controverses et de tergiversations, auxquelles plusieurs gouvernements sont venus se heurter, Édouard Philippe a annoncé mercredi 17 janvier l’abandon du projet d’aéroport du Grand Ouest, qui devait être implanté à Notre-Dame-des-Landes. Une décision qui met un terme à dix ans de lutte obstinée des opposants au projet, qui en étaient venus à occuper le territoire réservé par l’État pour y construire la nouvelle aérogare, la zone d’aménagement différé devenue au fil du temps la « zone à défendre ».