Il a enfin dit oui. Nicolas Hulot, qui a renoncé, ou échoué, deux fois à la présidentielle, et refusé plusieurs postes de ministre, a finalement cédé à l’offre que lui a faite le nouveau président Emmanuel Macron. Un paradoxe alors que le chef de l’État, chantre de la « start-up nation » et de l’esprit d’entreprise, n’a jamais mis la lutte contre les dérèglements climatiques au faîte de ses priorités. Mais l’ancien animateur, âgé de 62 ans, espère que la « nouvelle donne politique » lui offrira « une nouvelle opportunité d’action ».