Procès Bygmalion : le parquet démolit la « farce » de Nicolas Sarkozy

Par

Une peine d’un an de prison dont six mois avec sursis a été réclamée ce jeudi 17 juin contre l’ancien président-candidat pour le truquage de ses comptes de campagne 2012. « Le paradoxe de cette affaire, c’est que les moins malhonnêtes sont les hommes d’affaires », a cinglé un des magistrats.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Après cinq semaines de débats, les représentants du parquet prononcent leur réquisitoire à deux voix dans l’affaire des comptes de campagne 2012 de Nicolas Sarkozy, ce jeudi 17 juin, au tribunal correctionnel de Paris. « Dans cette campagne, l’important, ce n’était pas de respecter le plafond de dépenses, c’était de gagner les élections. L’argent ne compte pas, c’est l’UMP qui paye », attaque la procureure Vanessa Perrée.