Cette semaine dans « À l’air libre »

Cette semaine, dans « À l’air libre », des enquêtes, des reportages, des interviews… et, surtout, un ton que vous n’entendrez pas ailleurs.

Cet article est en accès libre.

Pour soutenir Mediapart je m’abonne

PDF
Zemmour, Afghanistan, transidentité, Mona Chollet... Une semaine sur #Àlairlibre © Mediapart

À peine le décor du débat de la primaire écolo démonté, « À l’air libre » est reparti sur les chapeaux de roues cette semaine. Lundi, le journaliste et ancien membre du CSA Rachid Arhab est venu dire tout le mal qu’il pensait de la zemmourisation de la télévision. Mardi, le maire LR – oui, oui – de Saint-Étienne Gaël Perdriau a tancé le gouvernement pour sa gestion chaotique du devenir des anciens auxiliaires de l’armée française en Afghanistan. 

Mercredi, la journaliste et essayiste Mona Chollet a livré quelques pistes pour sortir le couple hétérosexuel du patriarcat, tandis que jeudi, l’artiste Yanis parlait librement et fièrement de sa transidentité. 

Ce même jour, le député LREM Bruno Questel débattait avec Sabrina Sellami, de l’association Victimes du Covid-19, et Fabrice Arfi, de Mediapart, de la mise en examen de l’ancienne ministre de la santé Agnès Buzyn pour sa gestion de la crise du Covid.

Rendez-vous la semaine prochaine, à 19 heures et en direct.

À l’air libre


Aujourd’hui sur Mediapart

Voir la Une du Journal

Nos émissions

À l'air libre
par À l’air libre
Grand entretien
par Fabien Escalona et Mathilde Goanec
Ouvrez l’Élysée
par Usul et Ostpolitik

Soutenez un journal 100% indépendant Et informez-vous en toute confiance grâce à une rédaction libre de toutes pressions Mediapart est un quotidien d’information indépendant lancé en 2008, lu par plus de 200 000 abonnés. Il s’est imposé par ses scoops, investigations, reportages et analyses de l’actualité qui ont un impact, aident à penser et à agir.
Pour garantir la liberté de notre rédaction, sans compromis ni renoncement, nous avons fait le choix d’une indépendance radicale. Mediapart ne reçoit aucune aide ni de puissance publique, ni de mécène privé, et ne vit que du soutien de ses lecteurs.
Pour nous soutenir, abonnez-vous à partir de 1€.

Je m’abonne