Au procès UBS, l’amnésie soudaine des cadres de la banque

Par

Deux anciens cadres dirigeants de la banque UBS France, qui avaient évoqué des pratiques de démarchage illicite de leurs collègues suisses, font machine arrière devant le tribunal de Paris.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Après une journée consacrée aux questions prioritaires de constitutionnalité (QPC), et encore une autre aux nullités de procédure, le procès UBS entre enfin dans le vif du sujet. Ce mercredi 17 octobre, la XXXIIe chambre correctionnelle du tribunal de Paris interroge Patrick de Fayet, 63 ans, l'ancien numéro 2 d'UBS France, jugé pour « complicité de démarchage bancaire illicite » et « blanchiment ».