Dans le Var, les embarrassants soutiens du FN

Par et

Alors que Marine Le Pen dénonce la « corruption » et les « magouilles électorales » de « l'UMPS », elle accepte volontiers le ralliement ou le soutien de personnages sulfureux. Dernier exemple en date : le soutien du maire (ex-UMP) de Roquebrune, qui accumule les ennuis judiciaires.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est l’un des départements où le Front national espère réaliser ses meilleurs scores aux élections des 22 et 29 mars. Le Var a offert l’année dernière au FN trois maires (Fréjus, Cogolin, le Luc), un sénateur (David Rachline) et 34,96 % des voix aux élections européennes. Pour conquérir le département, le parti frontiste devra remporter au moins 12 des 23 cantons, un objectif difficile à atteindre. Le Front national espère surtout peser dans la recomposition de la droite, et dynamiter l'UMP, dans une région où le deuxième tour sera marqué par de nombreux duels entre les deux partis.