Elie Poigoune: En Nouvelle-Calédonie, «le scrutin approchant, la tension va monter»

Par

Elie Poigoune fut l’un des premiers bacheliers kanak. Aujourd’hui président de la Ligue des droits de l’homme en Nouvelle-Calédonie, il a été l’un des militants les plus actifs de son pays, d’abord en faveur de la rétrocession des terres, puis de l’indépendance. Reconnu pour sa capacité à tisser des liens entre les communautés, il fait partie du « comité des sages » désigné par Édouard Philippe pour préparer le référendum d’autodétermination. Rencontre au centre culturel Jean-Marie-Tjibaou, à Nouméa.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Nouméa (Nouvelle-Calédonie), envoyée spéciale.– À Nouméa, sur une bande de terre entourée de mangrove baignant dans l’océan, se trouve, caché au milieu d’immenses pins colonnaires, l’impressionnant centre culturel Jean-Marie-Tjibaou, édifié non loin de l’endroit où le leader indépendantiste historique du FLNKS créa, en 1975, le festival Mélanésia 2000, imaginé pour faire connaître la culture kanak ; à l’entrée du terrain, un flamboyant centenaire ouvre le chemin fait de courbes et de détours permettant d’accéder, comme dans les tribus kanak, à l’espace de vie commune.