Mouvements sociaux: Macron ou l’illusion de la victoire

Par et

Avec le vote définitif de la réforme de la SNCF, le mouvement social semble avoir subi un revers de taille. Mais l’apparent succès d’Emmanuel Macron cache une colère loin d’être éteinte, à travers une multitude de conflits locaux et sectoriels.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La réforme visant à privatiser la SNCF a été définitivement votée à l’Assemblée nationale le 13 juin 2018, enterrant l’espoir des cheminots que le gouvernement revienne sur son projet. L’historien des mouvements sociaux, Stéphane Sirot, y voit une stratégie du bras de fer mûrement réfléchie par le pouvoir : « Emmanuel Macron a voulu, avec les cheminots, son moment Thatcher ou Reagan. Faire sauter le verrou des cheminots, c’est aussi remporter une victoire symbolique contre la CGT, lui infliger une défaite majeure. » Et ainsi, selon le chercheur, peut-être affaiblir les autres luttes professionnelles en cours ou à venir en envoyant un signal fort.