Au-delà de l’affaire Girard, l’aveuglement de la mairie de Paris

Par et

Mediapart révèle de nouveaux documents embarrassants pour Christophe Girard. L’ancien adjoint d’Anne Hidalgo a menti sur la réalité de sa proximité avec Gabriel Matzneff. Il a aussi bénéficié de privilèges et multiplié les comportements problématiques dans le cadre de sa fonction. Malgré plusieurs alertes en mairie, il a été maintenu adjoint à la culture en juillet.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La standing ovation collera à la peau de la maire de Paris jusqu’à la fin de son mandat. Le 24 juillet, en pleine séance, le conseil municipal se lève pour applaudir et soutenir l’adjoint à la culture démissionnaire Christophe Girard, critiqué pour sa proximité avec l’écrivain Gabriel Matzneff, lequel est visé par une enquête pour « viols sur mineur » de moins de 15 ans. L’ovation, déclenchée par le préfet de police de Paris Didier Lallement, place la maire dans une nasse politique : quelques semaines plus tard, l’élu sera lui-même visé par une enquête judiciaire pour « viol par personne ayant autorité », après une enquête du New York Times, que M. Girard conteste fermement.