Ecocide, régulation de l’aérien ou des pubs: une «loi climat» sapée par les lobbies

Par

Le projet de « loi climat », examiné par l’Assemblée à partir du 29 mars, permettra d’effectuer moins de 10 % du chemin à parcourir d’ici à 2030 pour freiner le réchauffement planétaire. Cette version peau de chagrin est le résultat du lobbying des entreprises privées et d’un sabotage démocratique.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les députés doivent examiner, à partir du 29 mars, le projet de « loi climat », texte phare de la législature, 69 articles modifiés à la marge en commission spéciale. Le 18 mars dernier, ses membres ont terminé deux semaines de travaux préalables en passant au crible la définition de l’écocide retenue par l'exécutif. « La Convention citoyenne pour le climat avait recommandé l’introduction du “crime d’écocide’’ en s’appuyant sur la définition internationalement reconnue du terme comme une “grave atteinte à la planète’’ », rappelle Marie Toussaint, eurodéputée écologiste et initiatrice de l’Alliance internationale des parlementaires pour la reconnaissance de l’écocide. Mais les élus avaient sous les yeux cet alinéa : « Sont considérées comme durables […] les atteintes susceptibles de durer au moins dix ans. »