Un proche d’Edouard Philippe sera jugé pour avoir frappé un policier et... usurpé la qualité de conseiller de Matignon

Un proche du premier ministre, relâché après avoir frappé un policier, sera jugé par le tribunal correctionnel de Rouen. Il lui est reproché d'avoir commis des violences volontaires sur une personne dépositaire de l'autorité publique et d'avoir usurpé la qualité de conseiller ministériel. En garde à vue, il avait prétendu être conseiller diplomatique de Matignon afin d'accélérer sa remise en liberté.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Un proche d’Édouard Philippe, qui a été placé en garde à vue dimanche 23 juin pour avoir frappé un policier en civil dans les environs de Rouen, sera finalement jugé. Le parquet de Rouen a confirmé, mercredi 26 juin dans la soirée, par le biais d'un communiqué de presse, que le mis en cause fait l'objet d'une convocation devant le tribunal correctionnel de Rouen le 18 novembre prochain.