Karachi: prison ferme requise contre Bazire et Donnedieu de Vabres

Par

En dénonçant une opération de « prédation » destinée à financer la campagne de Balladur, le procureur de la République a souligné « l’enjeu moral » de l’affaire et a requis des peines de prison allant de trois à sept ans. Cinq ans de prison dont deux avec sursis ont été réclamés à l’encontre de Nicolas Bazire et Renaud Donnedieu de Vabres.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’affaire Karachi est bien une affaire d’État, et les prévenus encourent désormais de sévères peines de prison. Ils n’y croyaient plus vraiment, tant ils s’étaient relayés à la barre pour contester les détournements et soutenir que tout cela n’était que la vie normale des affaires. Le parquet a pourtant requis, lundi, des peines allant de trois à sept ans de prison à leur encontre.