Le retour de Manuel Valls, symptôme d’un climat délétère

Par

À un an de la présidentielle, Manuel Valls quitte Barcelone pour renouer avec la vie politique française. Fort de ses crispations identitaires, de son aptitude à se couler dans l’agenda idéologique de l’extrême droite et de son absence totale de cohérence, l’ancien premier ministre s’inscrit parfaitement dans l’air du temps.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il y a des responsables politiques qui font des choix et qui s’y tiennent. Et puis, il y a Manuel Valls. Beaucoup de choses ont été écrites sur le passage à Beauvau puis à Matignon de l’ancien socialiste : son démantèlement minutieux de la gauche plurielle, ses crispations identitaires, ses coups de menton sécuritaires, ses revirements, son usage immodéré du 49-3 et ses innombrables expressions incendiaires – sur les Roms qui auraient « vocation à retourner en Roumanie ou en Bulgarie », sur la « guerre de civilisation », la « culture de l’excuse » ou la « société de l’assistanat » – qui ont rendu insupportable le simple fait de l’entendre dire qu’il est « de gauche et fier de l’être ».