Le syndicat Solidaires: «Globalement, c'est pire que sous Sarkozy »

Solidaires trouve ses adhérents chez les déçus du syndicalisme traditionnel. L'organisation ne voit d'issue à la crise que dans la restauration d'un rapport de forces offensif entre la société et le pouvoir. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Entretien avec les deux porte-parole de Solidaires, Cécile Gondard-Lalanne, issue de SUD PTT, et Éric Beynel, membre de Solidaires douanes. Ils ont remplacé l’an dernier la populaire Annick Coupé à la tête de la plus jeune formation de l’échiquier syndical français. Solidaires continue de progresser dans le monde du travail, revendique plus de 100 000 adhérents, sans pour autant réussir à passer le cap de la représentativité professionnelle, seul moyen dans la démocratie sociale à la française de prendre part aux négociations au sommet. Les deux syndicalistes assument une ligne de combat vis-à-vis du pouvoir, gouvernement socialiste compris, dont ils critiquent sévèrement le bilan.