Didier Barral, viticulteur : « Mon boulot, ce n’est pas la barrique, c’est le travail du sol »

On dit de lui que c’est le premier en Languedoc à avoir compris ce qui se passait sur les sols usés par la monoculture de vignes. Depuis bientôt 30 ans, Didier Barral expérimente des techniques iconoclastes sur ses terres. À rebours des pratiques dominantes du monde viticole.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Cabrerolles (Hérault).– Assis sur l’une de ses machines en bordure de parcelle, Didier Barral est intarissable. Contrairement aux vignes que l’on aperçoit sur une pente au loin, les branches accrochées à des fils de fer, les rangées nettement séparées par les bandes de terre, les siennes poussent en forme de parasol, au milieu des herbes. On peine parfois à distinguer les pieds, tant la parcelle est enherbée.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal