Ces indics qui ont armé Amedy Coulibaly

Par

La cour d’assises spéciale ouvre cette semaine le chapitre de l’approvisionnement d’armes d’Amedy Coulibaly qui embarrasse les services de l’État. Les armes proviennent du trafic de deux indicateurs qui rendaient compte à la gendarmerie et à la police. Mediapart dévoile les « rapports de contact » de la gendarmerie avec l’un d'eux.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’État français porte-t-il une part de responsabilité dans les attentats de Paris de janvier 2015 ? La question a de quoi faire sursauter, mais elle a déjà émergé ponctuellement devant la cour d’assises spéciale de Paris, s’agissant des défaillances des services de renseignement, de l’arrêt malencontreux des surveillances des suspects, ou encore de la lenteur à diffuser le portrait-robot d'Amedy Coulibaly après son identification à Montrouge.