Philippe Artières : « Le Larzac est un monde traversé »

Par

Dans Le Peuple du Larzac, l’historien Philippe Artières raconte un plateau façonné par de multiples installations. Où l’on trouve, bien avant la lutte contre l’extension du camp militaire, des sorcières, des brebis, des croisés, des rapatriés d’Algérie…

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

À quoi ressemblait le Larzac avant la lutte qui l’a rendu si célèbre ? Qui habitait là, comment le territoire a-t-il été façonné à travers les siècles, quelles populations se sont succédé sur le plateau ? Dans un ouvrage paru en mai aux éditions La Découverte, l’historien Philippe Artières, chargé de recherche au CNRS, raconte un Larzac méconnu : celui qui fabriquait des poteries pour tout l’Empire romain ; celui qui fournissait des peaux à l’industrie gantière de la région ; celui, aussi, qui abrita un temps des réfugiés républicains espagnols...