La guerre des gangs déferle sur le Brésil

Par

Les deux principaux groupes criminels s’affrontent à travers le pays, tandis qu’à Rio, sur fond d’impuissance et de corruption policière, des bandes locales ensanglantent la favela de la Rocinha.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Rio de Janeiro (Brésil), de notre correspondant.-  La maison de « Porcão » porte les traces de 95 impacts de calibre 7,62. Membre du Primeiro Comando da Capital (PCC), un gang créé à São Paulo et présent sur tout le territoire brésilien, Porcão a bien essayé de fuir en sautant par-dessus le mur de son jardin. Mais, rattrapé par ses assaillants, il est retrouvé un peu plus loin, sept balles dans le corps. Trois mois plus tard – en juillet –, l’exécution de deux membres du gang ennemi, le Comando Vermelho (CV), basé à Rio de Janeiro, est montrée dans une vidéo : « Si vous venez à la frontière, vous allez prendre cher. Ici, le PCC est aux commandes », hurlent deux bourreaux encagoulés, avant de lâcher une rafale de mitrailleuse. Une fois les corps brûlés, les deux tueurs blaguent à propos d’un des cadavres qui aurait « mal cuit » mais assurent qu’un « bon barbecue » attend les ennemis.