La Slovaquie aspire la main-d’œuvre balkanique bon marché

Par Jean-Arnault Dérens, Laurent Geslin et Simon Rico

La Slovaquie est en plein boom économique. Électronique ou construction automobile, les grands groupes internationaux s’installent dans ce petit pays d’Europe centrale, membre de l’Union depuis 2004. Mais la main-d’œuvre manque, d’autant que les Slovaques sont eux-mêmes tentés de partir plus à l’ouest… Premier article d'une série de quatre consacrés au Danube dont l'histoire est aussi celle d’incessants mouvements de population.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Plusieurs fois par semaine, des convois d’une vingtaine d’autocars s’ébranlent de Belgrade et de Novi Sad, à destination de Bratislava, Prague ou Budapest. À leur bord, des femmes et des hommes, plus ou moins jeunes, qui partent travailler dans les nouveaux « petits tigres » d’Europe centrale. En Slovaquie, ce sont Volkswagen, Samsung, PSA, KIA Motors ou Jaguar Land Rover qui embauchent, ainsi que d’innombrables entreprises de sous-traitance. Les salaires ? De 2,20 à 2,50 euros de l’heure, payés en fonction du temps effectivement travaillé. « Si la demande est forte, on peut travailler tous les jours, jusqu’à 12 heures d'affilée. C’est ce que tout le monde espère, cela permet de faire de bons mois », raconte le journaliste serbe Dragan Krsnik. Cet hiver, il a publié un retentissant reportage après s'être fait embaucher durant trois mois chez Samsung. « En revanche, si l’activité ralentit, on accumule les jours non travaillés et donc non payés. »