Bolsonaro n’est pas un «Trump brésilien»

Par Nicolas Lebourg

Vue d’Europe, l’extrême droite latino-américaine a souvent été perçue comme une vulgaire affaire de képis et de matraques au service des États-Unis. Au Brésil, où Jair Bolsonaro est donné en tête du premier tour de la présidentielle dimanche, ce sont plutôt les rapprochements avec les extrêmes droites européennes qui semblent pertinents.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Crédité d’un tiers des intentions de vote dans les sondages au premier tour des élections brésiliennes de ce 7 octobre, Jair Bolsonaro est présenté comme le « Trump brésilien ». Il y a de cela dans la façon dont l’inamovible député (réélu depuis 1991) a, par exemple, été capable de lancer lors d’un débat parlementaire à une députée : « Je ne te violerai pas toi. Tu ne le mérites même pas. »