Les zones d’ombre du futur chef de la diplomatie européenne

Par

Josep Borrell, le candidat espagnol à la diplomatie européenne, va devoir, lors de son audition au Parlement européen ce lundi, s’expliquer sur plusieurs points délicats qui entachent son prestigieux CV. À des soupçons de conflits d’intérêts et une condamnation pour délit d’initié, s’ajoutent depuis cet été des soupçons d’espionnage.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les premiers candidats roumain et hongrois à la Commission européenne ont été écartés dès le 26 septembre, avant même le stade de l'audition. La candidate française Sylvie Goulard et son collègue polonais Janusz Wojciechowski n’ont pas convaincu lors de leurs interventions devant les eurodéputés, contraints de répondre par écrit à une nouvelle batterie de questions.