La «petite Yougoslavie» de Vienne

Par Jean-Arnault Dérens, Laurent Geslin et Simon Rico

Voilà des siècles que Vienne est la « porte des Balkans », mais à partir des années 1960, l’ancienne capitale impériale des Habsbourg a accueilli des centaines de milliers d’immigrés yougoslaves. Aujourd’hui courtisée par l’extrême droite, cette communauté « yougo » n’est bien intégrée qu’en apparence et peine toujours à se réconcilier avec sa propre histoire.

 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La scène se répète tous les vendredis soir. Deux serveurs, chemise blanche immaculée, gilet noir et nœud papillon, s'affairent entre les tables, les plateaux garnis de bières serbes et de verres de rakija, l'eau-de-vie qui arrose apéritifs et repas dans les Balkans. Sur la scène du fond, les instruments sont encore muets, mais bientôt Turbo Tanja s’assoit derrière la batterie, au côté de son mari claviériste. Jusqu'à l'aube, la musicienne enchaîne les classiques du répertoire balkanique, les clients trinquent, l'ébriété gagne l'assemblée. La grande blonde aux cheveux décolorés est une véritable icône chez les gastarbeiter, les travailleurs émigrés yougoslaves de Vienne. Depuis qu'elle est arrivée de sa Serbie natale, il y a un peu plus de vingt ans, Turbo Tanja bat chaque week-end la mesure de l'orchestre du Lepa Brena, l'un des cafés « yougo » les plus célèbres de la capitale autrichienne. « Je suis une attraction pour les nôtres, mais aussi pour les Turcs et les Autrichiens, reconnaît-elle dans un sourire. Ici, toutes les nationalités se retrouvent, il n'y a pas de différences entre les gens. On joue les vieilles chansons traditionnelles et aussi les tubes des années 1980-1990, qu'ils soient serbes, croates ou bosniens. »