Depuis 1989, les démocraties redécouvrent leur fragilité

Par

Trente ans après la chute du mur, que reste-t-il de la « troisième vague de démocratisation » inaugurée par cet événement ? Si l’autoritarisme a progressé, le plus alarmant réside dans la perte de substance des démocraties les plus anciennes. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

En 1989, quelques mois avant la chute du mur de Berlin, Francis Fukuyama publiait un article intitulé « La fin de l’histoire ? ». Trois ans plus tard, une fois consommé l’effondrement du bloc soviétique, il récidivait avec un ouvrage dont le titre avait perdu son point d’interrogation.