Le Mali s’avère incapable de juger les djihadistes

Par

Selon plusieurs sources, l’ancien « commissaire » islamique lors de l’occupation de Gao en 2012 a été discrètement libéré le 17 février dernier. Plus largement, l’écrasante majorité des djihadistes, pourtant accusés de nombreux crimes, n’a été ni jugée ni condamnée.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le 18 août 2017, Aliou Mahamane Touré était condamné à une peine de dix ans de réclusion par la cour d’assises de Bamako à l’issue d’un procès express. Reconnu coupable d’atteinte à la sûreté de l’État, détention illégale d’armes, association de malfaiteurs et coups et blessures aggravées, cet ancien commerçant qui avait été arrêté en décembre 2013 était surtout connu pour avoir officié en tant que commissaire de la police islamique lors de l’occupation de sa ville, Gao, par le Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’ouest (Mujao) en 2012.