L’ananas, fruit des passions sino-taïwanaises

Par et Fong-Ming Yang
En février, les douanes chinoises ont décidé unilatéralement d’interdire l’importation d’ananas de Taïwan. La raison officielle ? Le fruit emblématique de l’île contiendrait des cochenilles, insectes nuisibles à l’écosystème. Mais pour Taipei, le geste est une offensive obstinément politique, destinée à faire pression sur l’île, considérée comme « rebelle » par Pékin.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Yunlin (Taïwan).– Cela pourrait être la plus grosse dispute mondiale impliquant des ananas, surpassant le débat sur la présence ou non du fruit dans la pizza. En février, la saison venait tout juste de commencer pour les producteurs d’ananas Golden Diamonds, dans le comté de Yunlin, au centre de Taïwan, quand soudain, il est devenu impossible de les exporter vers la Chine, prétendument en raison de la présence répétée d’insectes dangereux.