L’Europe laisse mourir 300 migrants à ses frontières en Méditerranée

Par

Pas moins de 300 migrants subsahariens, partis des côtes libyennes pour rejoindre l'Europe, sont portés disparus en Méditerranée. Assez de pleurs. En cause : des politiques migratoires restrictives et des opérations de sauvetage parcimonieuses. L'UE doit reconnaître sa responsabilité.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’escalade dans l’horreur. Selon le Haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR), non pas 29 mais 300 migrants auraient perdu la vie en Méditerranée au cours des derniers jours alors qu’ils tentaient de rejoindre les rivages de l’Union européenne (UE). Quatre bateaux pneumatiques seraient partis des côtes libyennes samedi 7 février, malgré des vents violents et une mer démontée. Chacun transportait une centaine de personnes venues principalement d’Afrique subsaharienne.