Europe Note de veille

En Espagne, Pablo Iglesias garde le contrôle de Podemos

L’universitaire a remporté plus facilement qu’attendu le violent bras de fer qui l’opposait depuis des mois à son numéro deux. Iglesias a plaidé dimanche pour « l’unité et la modestie ». Mais la réconciliation des courants s’annonce difficile.

La lecture des articles est réservée aux abonné·e·s. Se connecter

On avait déjà entendu L’Estaca, cet hymne catalan antifranquiste et ode à la liberté, en début de semaine. Des centaines d’indépendantistes l’avaient fredonné dans les rues de Barcelone en soutien à l’ancien président de la Catalogne, Artur Mas, à l’ouverture de son procès en désobéissance civile. Ce dimanche, ce sont des milliers de militants de Podemos qui se sont mis à le chanter en clôture de leur congrès à Madrid, à l’issue du discours de Pablo Iglesias, grand vainqueur de cette « assemblée citoyenne » qui s’annonçait à haut risque.
Le professeur de sciences politiques, 38 ans, a été confirmé comme secrétaire général du mouvement anti-austérité (89 % des quelque 144 000 suffrages valides). Ce score n’est pas une surprise, puisque Iglesias était opposé à un seul candidat sans véritable appui en interne, ni envergure. Mais le numéro un de Podemos a également remporté la consultation sur les documents stratégiques et, surtout, celle sur la composition du « conseil citoyen », un collectif de 81 membres, dont 62 devaient être renouvelés lors du congrès.
La liste d’Iglesias a remporté 60 % des postes du conseil citoyen à pourvoir, contre 36 % pour la liste de son principal concurrent, le numéro deux du parti Íñigo Errejón. Quant aux anticapitalistes emmenés par Miguel Urbán, ils n’arrachent que 3 % des sièges (deux conseillers à peine), malgré un score honorable en nombre de voix (8,9 %). Ils pâtissent d’un mode de scrutin – mis au point par les partisans de Pablo Iglesias – qui favorise fortement la liste arrivée en tête.
Les observateurs s’attendaient à un score plus serré, notamment parce qu’une votation préalable sur la méthodologie du congrès, réalisée en décembre 2016, avait donné Iglesias et Errejón au coude à coude, aux alentours de 40 %. Or, Iglesias avait prévenu qu’il quitterait toutes ses fonctions s’il ne remportait pas aussi l’élection du « conseil citoyen ». Ce qui faisait courir le risque d’un parti sans chef à l’issue du congrès puisque Errejón, de son côté, n’était pas candidat au secrétariat général.

Abonnement mediapart

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

À ne pas manquer

Société — Enquête
Une figure du combat contre le harcèlement scolaire est visée par une plainte pour « harcèlement »
Fondatrice de l’association Marion la main tendue, Nora Fraisse se voit reprocher par une dizaine d’anciennes bénévoles, stagiaires ou services civiques d’avoir eu un comportement toxique envers de proches collaborateurs. D’après notre enquête, l’une d’elles a déposé plainte pour « harcèlement ».
par Prisca Borrel
Littérature — Entretien
Éric Vuillard : « La narration politique, c’est de la mauvaise littérature »
Dans son dernier récit, « Une sortie honorable », l’écrivain aborde la guerre d’Indochine, largement reléguée dans la mémoire nationale, et le cadre politique et financier qui l’a soutenue. Entretien sur la politique, l’histoire et la littérature.
par Joseph Confavreux, Ellen Salvi et Lise Wajeman
Santé
Didier Raoult : deux ans d’enquête sur une imposture
Depuis l’arrivée du Covid-19 en France, Didier Raoult est devenu une figure nationale. D’abord en faisant la promotion d’un traitement inefficace contre la maladie, l’hydroxychloroquine, puis en niant la possibilité d’une seconde vague ou en remettant en cause l’efficacité de la vaccination. Mediapart revient en vidéo sur deux ans d’enquête sur le directeur de l’IHU.
par Youmni Kezzouf, Mathieu Magnaudeix et Pascale Pascariello
Blanquer, l’école à la renverse
Profs, élus, ils bricolent pour faire tenir l’école en temps de pandémie
Parmi les ressorts de la colère contre le ministre de l’éducation nationale, l’impression de devoir composer depuis des mois avec des bouts de ficelle arrive en bonne place. Pour pallier les manques et retards de l’État, enseignants et élus locaux se mobilisent comme ils peuvent.
par Mathilde Goanec

Nos émissions

À l'air libre
par Mathieu Magnaudeix et Berenice Gabriel
Grand entretien
par Fabien Escalona et Romaric Godin
Ouvrez l’Élysée
par Usul et Ostpolitik